DANEMARK – L’avenir de la France ?

Oubliez tout de suite Marianne car elle sera bientôt détrônée par… la petite Sirène ! Le Danemark est devenu une véritable source d’inspiration pour nos dirigeants français. Ses habitants sont même les plus heureux au monde. Le pays de Hans Christian Andersen serait-il tout droit sorti d’un conte de fée ?

danemarkEt encore une Danoise heureuse, une (AFP)

La reine Margrethe II peut être fière, son Royaume fait des envieux. Le ministre de l’Education français, Luc Chatel, vient d’ailleurs de s’y rendre pour s’inspirer de ses rythmes scolaires. Le Danemark figure en effet parmi les pays européens où les vacances d’été sont les plus courtes : six semaines contre neuf dans l’Hexagone mais où la scolarité semble la plus équilibrée.

Une scolarité équilibrée
Alors que la rentrée scolaire arrive cette semaine en France, les petits Danois noircissent déjà leurs cahiers depuis le 11 août dernier. “En France, nous avons 178 jours de cours par an dans le secon-daire, 144 dans le pri¬maire, au Danemark on est autour de 200 jours.”, souligne le ministre. Les descendants des Vikings sont en effet sur les bancs des écoles cinq jours par semaine (contre quatre en France) mais y restent moins longtemps, les journées se terminent à midi ou 12h30 au niveau primaire et à 14 h ou 15 h pour l’équivalent de notre collège. Autre spécificité danoise : le primaire et le collège ne sont pas vraiment séparés, toute la scolarité obligatoire se fait donc dans une seule Folkeskole. Les établissements scolaires sont également plus libres dans l’organisation des heures de cours et la mise en place des programmes scolaires, même si l’Etat fixe des objectifs généraux.

20/20
Luc Chatel insiste qu’il ne veut que jeter un coup d’œil sur son voisin européen et que son but “n’est pas d’avoir un modèle, un exemple type qu’il faudra reproduire”. Difficile en effet de copier le Danemark qui consacre 7.5% de son PIB à l’éducation (enseignement supérieur inclus), alors que la France a bien du mal à se maintenir à 6%. Le Royaume danois, grand comme la Suisse, peut se réjouir que ses efforts financiers paient : les Danois ont par exemple le meilleur niveau d’anglais au monde, hors pays anglo-saxons. On ne peut pas dire que ce soit le cas pour les Français, même si leur niveau s’améliore. La nation de la formule de politesse – Maîtresse, Professeur, Madame…- rencontrerait peut-être également des difficultés à laisser ses élèves tutoyer ses professeurs et les appeler par leur prénom comme c’est l’usage en Scandinavie.

Le pays le plus heureux
Mais c’est peut-être cette liberté, qui a permis à la patrie d’Hamlet de conserver depuis 1973 le titre de nation la plus heureuse du monde ! Il n’y fait peut-être pas très beau, les palmiers et les plages de sable fin y sont inexistants et la pression fiscale y est oppressante mais les 5.5 millions de Danois ne s’en plaignent pas, au contraire. Le taux de chômage danois de 4.1% en juillet dernier, raviverait, il est certain, n’importe quel décideur politique. Mais qu’en est-il de la population ? Si certains s’amusent en expliquant cette allégresse danoise par la consommation record de sucreries voire même d’alcool dans le Royaume, pour le sociologue Peter Gundelach, la réponse est évidente : “si les Danois sont plus heureux, c’est parce qu’ils ont moins d’attentes que les autres. Ils sont donc moins souvent déçus”. “Nous avons dû nous faire à l’idée que nous n’étions qu’un petit pays aux confins de l’Europe et nous satisfaire de nos moindres accomplissements”, ajoute-t-il. Ah voilà quelque chose que les Français, rois des râleurs, auront du mal à tester. Et si on rentrait nos banderoles et sortait nos manuels de méditation… juste pour voir.

Publié sur Lepetitjournal.com

Advertisements