FRANCE – Le pays le plus détestable au monde ?

A en croire les Unes des magazines du monde entier, tout le monde déteste la France. Mais pourquoi tant de haine ? Politique controversée, scandales sportifs, arrogance … les raisons ne manquent pas. La France deviendrait-elle plus détestée que les Etats-Unis ? Sacrebleu

drapeaufranceLe drapeau français flottera-t-il encore fièrement ? (AFP)

“Êtes-vous français ?”, voilà une question dont la réponse suscitait autrefois une certaine fierté. Aujourd’hui, le son de cloche est un peu différent. Si vous n’iriez peut-être pas jusqu’à renier votre patrie pour un peu de tranquillité, cette question vous mettrait presque mal à l’aise. Et il y a de quoi, car être français aujourd’hui plus qu’hier, vient avec un certain fardeau.

Un bagage politique
Ces dernières semaines, le gouvernement a fait fort. A cause de la polémique internationale autour des expulsions de Roms, le président et ses troupes ont fait les gros titres du New York Times, The Guardian ou encore The Economist. La gloire ? Non, la honte !  Vu le nombre d’allusions à Vichy, à la Gestapo ou encore à la petite taille de Nicolas Sarkozy, on se passerait bien de ce genre de publicité. D’ailleurs, même l’ONU et l’Union européenne ont eu leur mot à dire, et celui-ci n’était pas des plus flatteurs. Le Sarkozy bling-bling du début de mandat adoré par les médias internationaux, n’est plus que l’ombre de lui-même, et encore heureusement qu’il y a Carla. “Le basculement s’est fait au moment de l’affaire de l’Epad, en octobre 2009”, explique Nancy Ing-Duclos, réalisatrice pour NBC. Le locataire de l’Elysée n’est d’ailleurs pas que raillé, il ferait même peur à certains. Alors que The Economist le représente avec le chapeau de Napoléon, Fidel Castro le traite carrément de “fou”. Si on ajoute à cela le scandale Woerth, on est bien loin de la splendeur du temps des Lumières.

Un coq qui a les pieds dans la m…
Pire encore que la politique, le sport ! Même si l’Elysée ne se montre pas brillant, on pensait avoir au moins les athlètes pour sauver l’honneur. Si les nageurs français ont décroché une pluie des médailles aux derniers championnats d’Europe, l’éclaircie tricolore ne fait pas oublier la tempête médiatique lors de la débâcle des Bleus en Afrique du Sud. En plus de perdre tous leurs matchs et de rentrer en France la queue entre les jambes, les footballeurs ont montré une bien mauvaise image de la France suite à la désormais célèbre mutinerie de Knysna. Le fairplay n’était pas non plus de mise quand un Raymond Domenech des mauvais jours à refuser de serrer la main de l’entraîneur sud-africain après le dernier match des Bleus. Et alors qu’on pensait que les athlètes avaient appris leur leçon, le judoka Teddy Riner, dépité d’avoir perdu en finale des championnats du monde, ignore  à son tour la main de son adversaire.

Un poids culturel
Pour les observateurs étrangers, les déboires français ne sont après tout que la conséquence de traits de caractères purement tricolores à savoir la mauvaise foi, l’entêtement et l’arrogance. Ce n’est pas pour rien que les touristes français sont toujours désignés comme étant les moins agréables de la planète. Quant aux étrangers se rendant  dans notre “beau pays”, la France a beau être la première destination touristique au monde, elle n’est pas la plus accueillante. Il n’y qu’à constater cela à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, élu encore cette année pire aéroport au monde. Si l’accordéon, les bérets, le romantisme, les french kiss et la ratatouille ont leur charme, ce n’est aujourd’hui plus assez pour séduire.  La french touch ne transforme plus tout en or. “On attend plus que la bonne cuisine et la belle architecture”, prévient ainsi la réalisatrice américaine. Pourquoi ne pas alors s’entraîner à sourire, faire des efforts pour parler une langue étrangère et se remettre un peu en question ? Si les politiques auront du mal à s’y essayer, chacun peut contribuer à son échelle. Il ne faudrait pas que nos “Vive la France” deviennent tous ironiques.

Advertisements