EXPAT FRANÇAISE EN SUEDE – Une affaire maltraitée

Caroline Suard, est emprisonnée en Suède pour “maltraitance aggravée” sur son petit garçon, affaire pour laquelle la Française a déjà été condamnée, en janvier dernier, à 4 ans de prison. Son fiancé espère que le jugement en appel, qui se clôt ce lundi, sonnera la fin de leur cauchemar

article_damien-fleuryDamien Fleury, Caroline Suard et leur fille aînée Romy (D.R)

Le procès en appel de Caroline Suard, condamnée en janvier dernier à quatre ans de prison pour “maltraitance aggravée envers son fils de six mois”, se termine aujourd’hui à Stockholm (Suède). “On est plutôt confiants”, a annoncé son compagnon Damien Fleury, à 20 minutes, qui attend le verdict d’ici une quinzaine de jours.

Maltraitance ou accident ?
Les faits remontent au 5 août 2010, dans la maison du couple, à Västeraas en Suède où ils viennent d’emménager avec leurs trois enfants. Damien Fleury, l’ex-hockeyeur des Brûleurs de Loups de Grenoble, y était venu jouer pour le club local. Le sommier du lit du petit Timo se serait déboîté. Le bébé âgé de 6 mois aurait alors heurté lourdement les barreaux. Sur le coup, les parents ne constatent pas de grosse blessure mais le lundi suivant, le bébé perd connaissance et est transporté d’urgence dans un hôpital de Stockholm. Le médecin qui ausculte l’enfant juge la version des parents peu crédible par rapport aux blessures qu’il constate. Il détecte de graves fractures à la jambe et une hémorragie cérébrale venant d’un hématome sur le crâne. Le couple est arrêté. Damien Fleury, absent au moment des faits, est relâché au bout de 8 jours mais Caroline Suard reste en prison. L’enfant, lui, sortira de l’hôpital quelques jours après et sera alors confié à la famille du hockeyeur.

Soutiens français au couple
Damien Fleury crie l’innocence de sa compagne, qui pour protester, entame une grève de la faim. La ville de Grenoble organise de nombreux évènements pour exprimer sa solidarité avec le couple. Un groupe Facebook ainsi qu’une pétition sont également lancés pour sensibiliser le grand public à cette affaire. “Le consul vient chaque jour d’audience et notre avocat a écrit pas mal de lettres au gouvernement français, qui suit de très près l’affaire”, précise Damien Fleury. Outre une procédure judiciaire suspicieuse, le jeune papa accusait les autorités pénitentiaires et hospitalières suédoises de ne pas permettre à sa fiancée de suivre son traitement pour la maladie de Basedow (maladie thyroïdienne). “La justice suédoise ne veut pas l’entendre. Ma femme souffre de la maladie de Basedow (qui entraîne entre autres tremblements, accélérations du rythme cardiaque et amaigrissement, ndlr). Elle a besoin de prises de sang régulières pour adapter son traitement en fonction de son état. Or, vu son emprisonnement, elle ne peut pas être soignée correctement”.

La confiance retrouvée
Après la première condamnation, en janvier dernier, de Caroline Suard à quatre ans de prison, l’avocat de la jeune femme, Me Rémi-Pierre Drai, s’était déclaré “choqué de l’instruction menée. Des procès-verbaux n’ont pas été signés par les acteurs et la reconstitution a été faite avec un lit cassé et non un lit neuf. En plus, je n’ai pas eu droit à la parole pendant le procès. Tout passait par l’avocat suédois”. “Dès le départ, la justice suédoise a appliqué une présomption de culpabilité”, avait-il regretté, annonçant ainsi faire appel du jugement. La procédure en seconde instance, qui s’est terminée ce lundi, a été menée par le tribunal de Stockholm et non plus par celui de Västeraas, ce qui est un bon présage pour Damien Fleury. Le procès “est présidé par trois nouveaux juges. A Västeraas, tout le monde se connaît”, a souligné le hockeyeur qui se dit confiant quant à la décision qui sera prochainement rendue. “On voit bien qu’il n’y a aucune preuve contre Caroline. Le médecin qui a porté plainte contre elle n’a jamais montré les radios de Timo. Notre avocate rit du comportement de ce dernier mais aussi de la procureure. Quand j’y repense, je n’avais même pas pu assister au procès, hormis le dernier jour. Même l’enquête a été mal faite. On n’a jamais rien signé, on a pris connaissance du brouillon, pas de la déposition officielle.”, souligne Damien Fleury, qui espère que “le chef d’accusation passe de ‘maltraitance aggravée’ à ‘coups et blessures involontaires’ et que Caroline soit relâchée”.

Si l’avenir s’annonce un peu plus doux pour le couple grenoblois, cette mauvaise expérience leur fera-t-elle écourter leur expatriation en Suède ? “Pas dans l’immédiat car j’ai signé un nouveau contrat pour deux ans. Mais on changera de ville”.

Publié sur Lepetitjournal.com

Advertisements