MÂLE ALPHA – Le pouvoir, quel stress !

Une étude scientifique démontre que les mâles dominants babouins, pourtant privilégiés par leur statut, sont bien plus stressés que les autres. Le pouvoir ne fait pas le bonheur ?  Il semblerait que l’on ait  menti à Herman Van Rompuy, François Hollande et Nicolas Sarkozy

babouins_stress(Montage photos AFP)

Pourtant plus à même de trouver de la nourriture et d’avoir des rapports sexuels, le chef de clan babouin n’est pas plus heureux que ses sujets. Au contraire. Une recherche menée pendant neuf ans par une équipe internationale et publiée dans la revue Science démontre que les mâles alpha ou mâles dominants présentent les taux de stress les plus élevés. Le stress accompagnant la préservation du statut social dans le groupe par les batailles physiques et comportementales, prévaut donc sur le bien-être provoqué par les privilèges obtenus.

Si cette étude concerne des primates, elle n’en serait pas moins significative pour les êtres humains car comme le rappelle Laurence Gesquiere, du Département d’Ecologie et de biologie évolutive de l’université de Princeton “les babouins sont non seulement génétiquement proches des humains, mais comme les humains, ils vivent dans des sociétés très complexes”. Il ne faut d’ailleurs pas chercher bien loin pour trouver des ressemblances avec quelques “mâles dominants” célèbres.

Herman Van Rompuy, pressions et tensions
Le président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy ne devait pas se douter que sa fonction serait aussi stressante. Après tout, président du Conseil européen, en voilà un titre des plus symboliques dans une Union où les Etats les plus importants font la loi. Mais les alliances d’antan non plus lieu d’être, France, Allemagne et Royaume-Uni ne sont plus toujours sur la même longueur d’ondes et il faut bien quelqu’un pour calmer les ardeurs de ces messieurs et mesdames les diplomates. D’un naturel discret, l’homme à la tête de l’U.E a été jeté en place publique pour expliquer les décisions (ou l’absence de décisions) des pays de l’Union suite aux crises grecques, espagnoles ou encore portugaises. Alors que la crise de la dette hellène est encore loin d’être résolue, Herman Van Rompuy a trouvé son arme anti-stress : l’écriture d’haïkus. Voici comment le président de l’UE a su transcender sa calvitie : “Cheveux dans le vent, le vent rattrape les années, partis les cheveux…”

François Hollande, campagne et compétition
Autre homme, autre fonction et même stress : François Hollande, ancien premier secrétaire du Parti socialiste et candidat favori aux primaires du PS. Le député de Corrèze entame la course aux élections de 2012 avec une bonne avance sur Martine Aubry et encore davantage sur Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, Manuel Valls et Jean-Michel Baylet. La maire de Lille, bien que victime de rumeurs, n’est pourtant pas si loin dans les sondages et grappille même du terrain. L’heure est donc au duel entre les deux éléphants. Première guerre de tranchée : la dette, encore elle. Si tous les deux souhaitent plus de rigueur économique sur toute la zone euro, à commencer par l’Hexagone, les deux candidats ont passé leur week-end à renchérir par médias interposés sur leurs propositions respectives. Ainsi quand François Hollande souhaite que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel s’élèvent “à la hauteur de l’enjeu”, Martine Aubry invite la zone euro à “sauver la Grèce”. Enervant, non ?

Mais François Hollande aura-t-il la tête à la bataille ? Impliqué indirectement dans l’affaire qui oppose Tristane Banon à Dominique Strauss-Kahn, il devrait être entendu par les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne, vraisemblablement en septembre prochain. La présumée victime d’une tentative de viol et sa mère accusent François Hollande d’avoir été au courant de la tragédie mais de n’avoir voulu taire l’affaire.
Espérons que tous ces tracas ne ruineront pas le régime qui lui a récemment fait perdre plus de 20 kilos.

Nicolas Sarkozy, présidence et naissance
Si le mâle alpha est stressé, Nicolas Sarkozy, président de tous les Français, doit donc être, par pure logique aristotélicienne, le plus stressé des Français. Entre un bébé en route avec Carla, une croissance française encore timide, des guéguerres au sein du parti majoritaire, et une crise européenne sans précédent, le chef de l’Etat ne manque pas en effet de facteurs de stress. Il faut ajouter à cela une campagne présidentielle à préparer alors que les sondages d’opinion vous placent au ras des pâquerettes, et le malaise vagal est à portée du chef de l’Etat. L’été permettra-t-il au président de se reposer ? Avec une épouse enceinte alitée, pas sûr que Nicolas Sarkozy retrouve paix et harmonie dans les prochaines semaines. Seule solution en plein tour de France : une bonne promenade en vélo. Etre sain de corps ET d’esprit est loin d’être aisé lorsque l’on acquiert un poste à responsabilités, autant alors commencer par l’entraînement physique.

Publié sur Lepetitjournal.com

Advertisements