ENQUÊTE MERCER – Où fait-il bon vivre ?

Une fois de plus Vienne est la ville qui offre la meilleure qualité de vie au monde, selon la dernière étude Mercer. Zurich, Auckland ou encore Munich seraient également des havres de paix pour les expatriés. Quant aux infrastructures, Singapour et Francfort sont les meilleurs élèves.

Mercer réalise une enquête annuelle afin d’aider les gouvernements et les grandes entreprises dans l’affectation internationale de leur personnel. Les rapports Qualité de vie de Mercer permettent notamment d’évaluer les primes de “pénibilité” pour les 221 plus grandes villes du monde, dont New York, ville de référence. “Des facteurs tels que la stabilité interne, l’application de la loi, les taux de criminalité et les installations médicales sont importants à analyser lors du choix d’une affectation internationale, car ils impactent la vie quotidienne des salariés envoyés à l’étranger”, explique Slagin Parakatil, responsable de l’enquête chez Mercer.

Parliament, Vienna, Austria(© Jon Arnold/JAI/Corbis)

L’Europe au top
Vienne est, comme en 2011, la ville au monde où il fait le meilleur vivre. La capitale autrichienne est suivie de Zurich et Auckland. Les villes européennes, et allemandes et suisses en particulier, trustent le haut du classement : Munich (4e), Francfort (7e),  Genève (8e), Copenhague (9e), Berne (10e), Berlin (16e), Hambourg (17e), Paris (29e), Dublin (35e), Londres (38e), Barcelone (40e), Milan (41e), Lisbonne (44e) ou encore Madrid (49e).

Ô Canada !
Sur le continent américain, les villes canadiennes dominent le classement : Vancouver (5e), Ottawa (14e), Toronto (15e) et Montréal (23e). Calgary (32e). Les challenges sont plus nombreux pour les Etats-Unis, le Mexique ou encore l’Amérique du Sud et centrale. “Dans l’ensemble, il y a eu peu de changement dans le classement des villes nord-américaines. Un certain nombre des villes d’Amérique centrale et du Sud ont connu des changements positifs, essentiellement dus à une légère amélioration des infrastructures et des loisirs. Néanmoins, les questions politiques et de sécurité, ainsi que les catastrophes naturelles, continuent d’entraver la qualité de vie dans les villes d’Amérique centrale et du Sud. Les taux de criminalité élevés sont aussi un problème majeur”, analyse Slagin Parakatil.
On retrouve donc dans le classement : Buenos Aires à la 81e place, Santiago (91e), Rio de Janeiro (112e), Sao Paulo (115e) et Mexico (120e).

L’Océanie au top
Malgré une hausse du coût de la vie, la région Asie Pacifique jouit d’une meilleure qualité de vie et notamment les villes néo-zélandaises et australiennes. Outre Auckland à la troisième place, Sydney arrive à la 10e position, suivie de Melbourne (17e) et Perth (21e). Dans le reste de la région, Singapour est 25e, Tokyo 44e, Hong Kong 70e, Kuala Lumpur 80e, Shanghai 95e. Dans la seconde partie du tableau, Bangkok se retrouve 115e et Phnom Penh est bien loin derrière avec sa 185e place.

Moyen-Orient et Afrique à la traîne
Les villes les plus importantes du Moyen-Orient et d’Afrique sont pour leur majorité en bas de classement. Si Johannesbourg (94e) et Tel Aviv (99e) sont dans le top 100, Casablanca stagne à la 122e place et Le Caire descend à la 141e. On retrouve aux derniers rangs : Khartoum (217e), N’Djamena (218e) et Bagdad, qui décroche, comme en 2011, le triste titre de la ville offrant la moins bonne qualité de vie.

Singapour offre les meilleures infrastructures
La question des infrastructures, c’est-à-dire l’approvisionnement en électricité, la disponibilité de l’eau, du téléphone et des services postaux, le transport en commun, les embouteillages et les vols internationaux en provenance des aéroports locaux, a eu le droit cette année à son propre classement. “Les infrastructures ont un effet significatif sur la qualité de vie des expatriés. Leur présence et leur bon fonctionnement étant souvent considéré comme acquis, ils peuvent être à l’origine d’une forte gêne lorsqu’elles dysfonctionnent ou sont inexistantes. Dans ce cas, et pour inciter les salariés à partir quand même, une prime, évaluée sur l’indice Mercer, est incluse dans le package d’expatriation”, dévoile Slagin Parakatil. C’est la cité-Etat de Singapour (25e au classement général) qui tire son épingle du jeu. Francfort et Munich arrivent ex-aequo à la 2e place. Hong-Kong et Londres sont toutes les deux sixième. Paris pointe, quant à elle, à la 12e position. Port-au-Prince en Haïti est la ville ayant les infrastructures les moins performantes.

Published in Lepetitjournal.com

Advertisements